Le cycle de la loose – 2

Point de suspens, je ne couve pas. Pour la première fois, (du coup, je l’avoue, je ne m’y attendais pas), mon winner ne s’est pas réveillé. Au paradis, direct. N’est pas passé par la case utérus, n’a pas pris 100 €.

J’ai raccroché, j’ai appelé Brad qui jardinait, j’ai pleuré. Brad m’a dit plusieurs choses. D’abord, qu’il valait mieux ça plutôt qu’une énorme déception dans 12 ou 15 jours. Moi-même, je trouve ça préférable, la chute est moins dure. Ensuite, que ça arrivait très souvent (ce que la la biologiste m’a confirmé) même si on ne s’y attendait pas vu que ça ne nous était jamais arrivé au cours de nos 4 derniers TEC. Bien sûr, faut que ce soit le dernier qui ne résiste pas. C’est pas la loose, ça ?

Je vais aussi pouvoir profiter pleinement de mes vacances : apéro, ménage de printemps, vélo… Puis, ça tombe bien, je n’avais plus de jolis shortys ou tanga à montrer à Super Doc.

Enfin, je vais pouvoir démissionner, comme prévu, à la fin du mois, et m’installer. D’ici septembre, je n’aurai plus de « patron », je travaillerai pour ma pomme, et je serai pauvre. Mais moins stressée (quoique…), moins contrariée, plus épanouie.

Et on va pouvoir faire le point avec Super Doc. Rendez-vous est pris  pour le 23 avril (aucun désistement avant, vraiment pas de chance).  De toute façon, je ne compte pas faire de prochaine FIV avant septembre prochain. Je n’en puis plus, j’ai besoin de penser à d’autres choses, plus agréables, de préparer mon installation, de me consacrer à mon boulot pour être plus performante. Et de faire tous les examens possibles pour savoir pourquoi on n’y arrive pas, comme tous les autres.

Mon programme immédiat : passer un week-end à rien faire. Puis, les jours suivants, ranger ma maison, profiter de voir des amis, faire du shopping. Jeudi, on part s’aérer chez les parents de Brad, dans leur deuxième maison, au milieu de nulle part. Ils n’arrivent que le vendredi, de sorte qu’on aura une journée/soirée pour NOUS. Puis, on profitera de ses parents, on mangera de la charcuterie et on boira du vin (toutes ces choses qui me frustraient de ne pouvoir faire), et le samedi arriveront sa sœur, son chéri et leur fille. Brad m’a promis qu’on irait faire les boutiques et peut-être qu’on irait voir des amis qui ont déménagé à une heure de route de la bas.

Ironie du sort, ce soir, on dîne avec un couple d’amis dont a découvert récemment qu’ils traversaient les mêmes problèmes que nous. On va pouvoir partager nos expériences, se donner des petits trucs et astuces, se comprendre… Je vais également pouvoir me changer les idées.

Mon programme pour la suite : effectuer tous les examens possibles pour savoir si un truc nous empêche d’avoir des enfants. Prendre rendez-vous avec une naturopathe. Peut-être un acupuncteur. Prendre des cours de yoga ou de relaxation ou de sophrologie.

Vivre ma vie.

Publicités