Relaxation dynamique et opération déculpabilisation

Je l’ai déjà dis, j’ai été voir une naturopathe fin avril et je suis ses conseils, peu ou prou, depuis le mois de mai. Résultat : je me sens mieux. Je ne respecte pas ses conseils à la lettre (sinon, adieu vie sociale et joies de vivre), mais je respecte ceux qui me plaisent.

Pour accompagner ces conseils et mettre un max de chances de mon côté, j’ai entamé des séances de relaxation dynamique avec Mme Naturo. Et purée, ce que c’est bon ! D’abord, quoi que c’est la « relaxation dynamique » ? Un peu antinomique, n’est-ce pas ? En fait, la relaxation dynamique est une technique de relaxation basée sur des exercices de respiration et de gestion de la pensée. La relaxation dynamique, qui fait partie du domaine plus vaste de la sophrologie, assure une détente physique et psychique. Vraiment. Et ça marche. Je veux dire, non, je ne vais pas tomber enceinte grâce à ça, mais oui, cela m’aide à me relaxer et à laisser une place à mon enfant. A le visualiser (ce que je suis incapable de faire). Parce que pour lui laisser une place, pour qu’il vienne se nicher dans mon corps, il faut aussi qu’il sente qu’il y est le bienvenue.

On a pas mal discuté avec Mme Naturo. Elle m’a dit : « Vous venez d’accoucher de votre premier bébé, votre « petite entreprise ». Maintenant, vous allez être prête pour accueillir votre second bébé, et on va vous y préparer ». C’est pas faux. Avant, ma vie était trop pleine. Aujourd’hui, je lui laisse la place de venir.

Comment se passe les séances ? Comme une séance de relaxation classique : tu t’allonges, tu fais ce que Mme Naturo te dis de faire (respirer longuement, imaginer telle ou telle chose) et tu te réveilles une heure plus tard, étrangement apaisée, n’ayant pas vu le temps passer.

Prochaine étape ? L’hypnothérapie. J’ai un contact, y’a plus qu’à.

A la suite de mon précédent article, j’ai tout de même évolué. On a eu une grosse dispute avec Brad vendredi soir, puis samedi encore… Encore et toujours le même problème : sa consommation de clopes. Et son hygiène de vie. On a, après cette dispute, beaucoup discuté aussi, et j’ai compris certaines choses.  Résultat : j’ai décidé d’arrêter de me culpabiliser pour tout. Je vais profiter de la vie jusqu’à cette prochaine FIV, boire, manger, rire, sortir. Je le faisais déjà, j’avoue, mais toujours avec une arrière pensée culpabilisante. Or, avec Mme Naturo, on a travaillé sur la culpabilité ces derniers temps (tiens donc !). Et je vais aussi arrêter de soumettre Brad à ma condition d’arrêt de clope. On a parlé, et, effectivement, le manque est très présent chez lui et le stresse énormément. Arrêter tout court serait peut-être encore plus désastreux pour ses bébètes, vu le stress engendré. Cela n’empêche qu’il pense avoir divisé par deux voire trois sa consommation (fumant des cigarettes roulées, il ne savait pas combien il en fumait par jour…). Aujourd’hui, il en fume moins de 10 (une moyenne de 7) + la cigarette électronique. J’en reste là. J’espère qu’il n’augmentera pas et qu’il continuera ses efforts. Mais, soyons sérieux, s’il est vrai que la clope a un effet négatif sur la fécondation toussa, je ne pense pas que le fait qu’il en fume 10 par jour puisse complètement ruiner nos chances. Je pense que si ce petit bébé doit s’accrocher, il s’accrochera. Et le fait d’accepter tout ça (il m’a fallu un week-end de crises et de larmes) ne sera que bénéfique pour une future accroche.

Me voilà fin prête pour attaquer FIV 3 à la rentrée après un été à profiter de la vie 🙂 Je prendrai rendez-vous, peut-être cette semaine, pour un rendez-vous de mise au point avant FIV 3 avec Super Doc. Forte dans mes baskets, la peur au ventre, mais forte. Soutenue par Brad. Lui qui ferait fera  un merveilleux papa (ses qualités de père ne sont plus à démontrer, vu son comportement avec sa filleule, ma filleule et tous les gosses de nos amis).

Publicités