Protégé : Bouleversements

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités

Relaxation dynamique et opération déculpabilisation

Je l’ai déjà dis, j’ai été voir une naturopathe fin avril et je suis ses conseils, peu ou prou, depuis le mois de mai. Résultat : je me sens mieux. Je ne respecte pas ses conseils à la lettre (sinon, adieu vie sociale et joies de vivre), mais je respecte ceux qui me plaisent.

Pour accompagner ces conseils et mettre un max de chances de mon côté, j’ai entamé des séances de relaxation dynamique avec Mme Naturo. Et purée, ce que c’est bon ! D’abord, quoi que c’est la « relaxation dynamique » ? Un peu antinomique, n’est-ce pas ? En fait, la relaxation dynamique est une technique de relaxation basée sur des exercices de respiration et de gestion de la pensée. La relaxation dynamique, qui fait partie du domaine plus vaste de la sophrologie, assure une détente physique et psychique. Vraiment. Et ça marche. Je veux dire, non, je ne vais pas tomber enceinte grâce à ça, mais oui, cela m’aide à me relaxer et à laisser une place à mon enfant. A le visualiser (ce que je suis incapable de faire). Parce que pour lui laisser une place, pour qu’il vienne se nicher dans mon corps, il faut aussi qu’il sente qu’il y est le bienvenue.

On a pas mal discuté avec Mme Naturo. Elle m’a dit : « Vous venez d’accoucher de votre premier bébé, votre « petite entreprise ». Maintenant, vous allez être prête pour accueillir votre second bébé, et on va vous y préparer ». C’est pas faux. Avant, ma vie était trop pleine. Aujourd’hui, je lui laisse la place de venir.

Comment se passe les séances ? Comme une séance de relaxation classique : tu t’allonges, tu fais ce que Mme Naturo te dis de faire (respirer longuement, imaginer telle ou telle chose) et tu te réveilles une heure plus tard, étrangement apaisée, n’ayant pas vu le temps passer.

Prochaine étape ? L’hypnothérapie. J’ai un contact, y’a plus qu’à.

A la suite de mon précédent article, j’ai tout de même évolué. On a eu une grosse dispute avec Brad vendredi soir, puis samedi encore… Encore et toujours le même problème : sa consommation de clopes. Et son hygiène de vie. On a, après cette dispute, beaucoup discuté aussi, et j’ai compris certaines choses.  Résultat : j’ai décidé d’arrêter de me culpabiliser pour tout. Je vais profiter de la vie jusqu’à cette prochaine FIV, boire, manger, rire, sortir. Je le faisais déjà, j’avoue, mais toujours avec une arrière pensée culpabilisante. Or, avec Mme Naturo, on a travaillé sur la culpabilité ces derniers temps (tiens donc !). Et je vais aussi arrêter de soumettre Brad à ma condition d’arrêt de clope. On a parlé, et, effectivement, le manque est très présent chez lui et le stresse énormément. Arrêter tout court serait peut-être encore plus désastreux pour ses bébètes, vu le stress engendré. Cela n’empêche qu’il pense avoir divisé par deux voire trois sa consommation (fumant des cigarettes roulées, il ne savait pas combien il en fumait par jour…). Aujourd’hui, il en fume moins de 10 (une moyenne de 7) + la cigarette électronique. J’en reste là. J’espère qu’il n’augmentera pas et qu’il continuera ses efforts. Mais, soyons sérieux, s’il est vrai que la clope a un effet négatif sur la fécondation toussa, je ne pense pas que le fait qu’il en fume 10 par jour puisse complètement ruiner nos chances. Je pense que si ce petit bébé doit s’accrocher, il s’accrochera. Et le fait d’accepter tout ça (il m’a fallu un week-end de crises et de larmes) ne sera que bénéfique pour une future accroche.

Me voilà fin prête pour attaquer FIV 3 à la rentrée après un été à profiter de la vie 🙂 Je prendrai rendez-vous, peut-être cette semaine, pour un rendez-vous de mise au point avant FIV 3 avec Super Doc. Forte dans mes baskets, la peur au ventre, mais forte. Soutenue par Brad. Lui qui ferait fera  un merveilleux papa (ses qualités de père ne sont plus à démontrer, vu son comportement avec sa filleule, ma filleule et tous les gosses de nos amis).

Ma naturo et moi

Excusez de la piètre qualité de cet article (décousu, sans humour), mais… il fallait que ça sorte.

Il y a 6 jours, je me prenais une bonne énième claque in my poire. Même pas peur. Certes, le temps avance pour moi. 31 ans, Brad bientôt 35… Certes, les couples autour de nous copulent et se reproduisent sans grande difficulté (sauf exceptions). Certes, certes, certes. Toutefois, je me fais la promesse qu’un jour je serai mère. Par n’importe quel moyen. Brad n’est pas encore prêt pour passer à l’étape de l’adoption (mais le sera-t-il un jour ?), donc, cette voie là ne me paraît, pas pour le moment, envisageable. Cependant, utopiste que je suis, ou tout simplement trop naïve, depuis quelques temps, et depuis un certain rendez-vous (je vais y venir), je crois en mon corps. Une ovulation naturelle pourrait très bien revenir, et même si j’ai une trompe bouchée, la dernière écho démontre bien que je peux ovuler du côté gauche, non bouché. Ce sera certainement un peu plus long voilà tout. Par ailleurs, il nous reste encore deux FIV remboursées et, je pense, des tonnes d’examens à faire (rendez-vous le 23 avril pour faire le point avec Super Doc). Voilà où on en est.

Côté « dans ma tête », voici comment je vois les choses : nous sommes heureux en amour. Nous sommes heureux tout court. Nous avons une maison que l’on rénove petit à petit, un beau métier chacun, un salaire chacun et un si gentil chien. Nos proches sont toujours « là » et même si les grossesses se succèdent parmi nos soeurs respectives (je sens que la belle-soeur va nous annoncer le 2ème là, le radar « femme-enceinte » s’est mis en marche), même s’ils sont plein de maladresses de fertiles, on peut toujours compter sur eux, indéfectiblement. Bref, comme le disait une copinaute qui se reconnaîtra assurément, le bonheur ne doit pas être la destination, mais le chemin pour y arriver<3. C’est tellement ça. Depuis donc quelques jours, je m’efforce de garder cela en tête. Je suis heureuse, même sans bébé, la plupart du temps, et bébé sera un plus.

J’avoue que je me suis fais aidée pour faire ce petit chemin dans ma tête. Par par un psy, non. Je suis allée voir… tadamm… une naturopathe. Ben, mon vieux, ça c’est quelque chose. Elle réorganise toute ta façon de penser, et d’ailleurs, quand tu la vois, t’as tellement envie d’être aussi apaisée qu’elle que tu dis oui à tout ce qu’elle te dis. La consultation a duré 2h30 environ, on a passé en revue ma manière de vivre, de manger, mes accidents, opérations, maladies. Sur cette base et quelques questions, elle m’a concocté un programme à suivre, une sorte de coaching, tout en me disant de ne pas me stresser si je n’arrivais pas à tout faire… elle l’a d’ailleurs écris dans mon programme :

Un humain tombe environ 2000 fois avant de savoir marcher et pourtant nous tenons tous debout. 

Elle m’a aussi écris (et ça, j’aime le relire) :

Soyez consciente de vos qualités et de ce que vous êtes.

Son programme est un mélange de conseils alimentaires (là, je pense que je vais galérer), de phytothérapie, d’exercice de respiration, de conseils en tout genre…

Je pense que là où je vais galérer c’est d’abord pour trouver le temps de tout faire (ouf, ma démission vient à point). Ensuite, c’est pour la bouffe. Moi qui croyait manger plus ou moins équilibré, c’est loupé ma vieille. J’associais mal les aliments, et puis, comme je suis dans la première phase, il va falloir que j’apprenne (mais attention, petit à petit) à me passer de chocolat (arghhhhhhhhh !) et de desserts en tous genre (re-arghhhhhhh !). Je ne me stresse pas, si je n’y arrive pas, ce n’est pas grave. J’aurais fais au mieux.

Il faudrait également que je trouve le temps de faire su sport, et du sauna infrarouge, et enfin de la relaxation dynamique. Et ma naturo fait tout ça. Elle ne m’a pas poussé à la consommation, c’est moi qui ait demandé comment faire pour ceci, pour cela, et… le sauna permettrait de détoxifier mon corps et la relaxation à lâcher prise. Avec mon boulot qui me prend environ 10 à 12h par jour, autant dire que c’est ingérable. Donc, je vais prendre les choses une par une et à terme, essayer de respecter au mieux leprogramme.

Je lui ai dis que je tentais a priori une troisième FIV (elle dit « Faïve », elle… Mdr) pas avant septembre. Selon elle, c’est parfait car les bienfaits de mes nouvelles habitudes ne viendront qu’avec le temps.

En bref, je ressors de ce rendez-vous enchantée, avec plein de conseils à appliquer, d’argent à dépenser aussi, et résolument POSITIVE. Je ne sais pas non plus si je vais pouvoir respecter tous ces conseils (pas de charcuterie, non mais oh, pas d’alcool, et j’en passe !), mais j’aurai essayé. Dans tous les cas, je ne pourrais commencer que mardi car dès aujourd’hui, nous sommes chez mes jolis parents (beaux-parents), et que chez eux, charcuterie, vins et fromage sont rois. Sauf ce vendredi saint, nous aurons du poisson. Ouf.